Mais pourquoi ?

En lisant mes derniers billets, tu t’es peut-être posé cette question :

« Mais pourquoi donc veulent-ils partir s’installer en Norvège ? »

C’est vrai ça, pourquoi ?

Je pourrais te faire ma réponse habituelle en pareil cas : « Et pourquoi pas ? » (parce qu’il n’y a pas toujours une raison à tout) mais en l’occurrence, là, il y a une raison. Et même plusieurs (et non, le Viking blond barbu n’en fait pas partie).

Pour comprendre, il faut remonter le temps jusqu’au début des années 1990, tu sais cette fabuleuse époque des coupes déstructurées qui ont été à l’origine d’un nombre incalculable de désastres capillaires et de décollements de rétine (parce qu’associer du jaune fluo avec du magenta pur et du bleu électrique, avec des motifs vaguement ethniques qui provoquent des migraines, sur un même vêtement -ne ris pas, tu en as porté tout autant que moi !- ne peut pas ne pas avoir fait de dégâts, regarde ce que sont devenues Jeanne Mas et Desireless !). Or donc, en ce début de la dernière décennie du siècle dernier, la curiosité naturelle de l’adolescent introverti-qui-n’avait-pas-d’amis (non je ne dis pas ça pour faire pleurer dans les chaumières, je ne fais que narrer les faits) que j’étais me conduisait à fréquenter assidûment la bibliothèque municipale où je pouvais tout à loisir consulter tout un tas d’ouvrages aussi divers que variés. Non que le foyer familial en était dépourvu (bien au contraire) mais l’encyclopédie Larousse en six volumes, les treize tomes d’Histoire de la France et des Français d’André Castelot et Alain Decaux et la centaine de GEO qui m’ont permis de découvrir le monde en images ne me suffisaient manifestement plus.

D’abord, la Norvège fut une série d’images, nourrie de reportages et de conversations familiales (qui traitaient souvent de géographie, qui est une vraie préoccupation maternelle) : le froid, la neige, les fjords, les paysages vierges et un sentiment d’immensité… Puis la lecture régulière (merci Mamie !) de Point de Vue m’a permis de découvrir une famille royale toute en simplicité (à mille lieues, se faisant, de ses cousins britanniques) dont l’héritier est à peine plus âgé que moi. Enfin, la lecture de tous les ouvrages consacrés à ce pays que j’ai pu trouver alors m’a tout à la fois permis de mieux connaître cette contrée du nord et de la rendre d’autant plus attrayante à mes yeux, même si je me suis par la suite intéressé aux autres pays scandinaves ainsi qu’à la Finlande. J’ai même failli prendre le norvégien en option de ma première année d’histoire, mais je n’ai pas donné suite (la procrastination, c’est de naissance hein !).

Haakon de Norvège (il est choupi hein!)

C’est ainsi que ce pays a toujours été dans un recoin de mon esprit, particulièrement fin 1994 où après une succession d’événements pas drôles qui n’ont fait que rendre amère mon entrée dans l’âge adulte, j’ai pensé un temps tout plaquer pour enfin partir là-bas. Sauf qu’à 18 ans, ce n’était déjà pas facile de vivre seul à cent cinquante kilomètres des parents, alors de là à s’exiler à plus de 2 000 (dans le meilleur des cas) voire près de 4 000 si j’avais choisi Tromsø (je n’imaginait pas de point de chute, alors tout aurait été possible), c’était plus facile à imaginer qu’à réaliser. Et je ne l’ai d’ailleurs pas fait. Sans que ce soit un regret. J’ai néanmoins toujours gardé un œil sur ce pays, lisant les rares informations qui en parviennent chaque année, me tenant au courant des unions et des naissances princières, beaucoup moins médiatisées que celles des Windsor (mais par conséquent, beaucoup moins mainstream), conservant la destination sur ma Travels To Do List (mais souvent effaré par les prix) jusqu’à ce qu’enfin mon pied foule cette terre l’année dernière, faisant de l’imaginaire une réalité.

Et du côté de Monsieur Mon Mari, me diras-tu ? Hé bien pour lui aussi, ce pays était un rêve de gosse. Les choses sont bien faites…

La réponse à la question est donc d’une banale évidence (ou d’une évidente banalité, à toi de choisir).

Publicités

Une réflexion sur “Mais pourquoi ?

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s