Z… comme Zurbarán

De toutes les découvertes que nous aurons pu faire durant notre séjour, c’est la rencontre avec le peintre Francisco de Zurbarán que j’ai choisie pour clore ces chroniques andalouses.

Je connaissais déjà Zurbarán pour son portrait de Saint François d’Assise que l’on peut voir au musée des beaux-arts de Lyon. Ceux de Séville et de Cadix offrent de quoi admirer quantités d’autres œuvres toutes caractérisées par le clair-obscur qui structure chacune des toiles.

Surtout, ce sont certains portraits qui ont retenu toute notre attention, tant ces visages sont tout simplement beaux. Je devrais plutôt dire « ce » visage, puisque c’est sans aucun doute le même modèle d’une toile à l’autre.

Saint François

Saint Antoine de Padoue à l’Enfant

C’est donc la fin de ces chroniques… en attendant les prochaines.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s