Face de…

Hé oui, tu l’auras deviné chère mangouste cher lecteur, ce billet va faire preuve d’une absence totale d’originalité en parlant de ce réseau social mondialement connu auquel, statistiquement, tu as toutes les chances d’adhérer si l’on s’en réfère à une estimation récente qui porte à 44 % le nombre de Français âgés de 15 à 64 ans membres dudit réseau (la tranche des 15-19 dépassant même les 99 %, je ne sais s’il faut en rire, en pleurer ou s’en foutre… je vais m’en foutre, c’est ce qui prend le moins de temps).

Je sais d’avance ce que tu vas me dire (si, si). Que tu es inscrit, mais que tu n’y vas jamais, que tu ne t’en sers pas ou plus, ou uniquement pour des raisons professionnelles ou pour chercher ton prochain plan cul amour, voire même que toi, individu unique, tu as plusieurs profils et que donc, les comptes sont faussés… Peu importe en fait. Comme toute statistique, celle-ci est à relativiser en prenant un minimum de recul et ne doit pas donner lieu à des généralités comme on peut en voir dans le traitement journalistique de certains la plupart des chiffres, notamment sur certaines grandes chaînes entre 20:00 et 20:30 chaque soir.

A titre personnel, je l’assume parfaitement, Facebook me permet de regarder par le trou de la serrure de tout un tas de gens que je connais plus ou moins. Ce que j’y vois est rarement intéressant et souvent vite oublié mais malgré tout, cela satisfait mon insatiable curiosité. Mes « Amis » n’en sont pas tous des vrais mais j’ai le bon goût de ne pas me lier avec des gens que je n’aime pas. Tout au plus des connaissances à qui je ne laisse d’ailleurs voir qu’une toute petite partie de mon profil (tu cherches un expert des paramètres de confidentialité facebouquiens ? Tu l’as trouvé). Je compte aussi quelques relations professionnelles (mais aucun de mes collègues, il y a des limites) dont certains ont pu devenir des amis. Et bien sûr, sur le haut du panier, il est possible d’y trouver des amis de la vie réelle et une toute petite poignée de blogueurs. Toute petite parce que la frontière entre Moi-Réel et Moi-Blogueur est maintenue volontairement étanche même si quelques privilégiés peuvent naviguer d’un monde à l’autre. Il faut dire que je suis introuvable et si ce n’est pas moi qui vient te chercher, tu ne pourras que difficilement venir à moi ! Enfin cela dit, si tu tiens tellement à savoir ce qui se cache derrière le Glimpse, tu peux toujours faire acte de candidature, hein ?!

Facebook fait aussi partie de mon quotidien pour des raisons professionnelles puisque je suis community manager (entre autres), terme dont l’anglicisme bon teint ne signifie rien de moins que je suis payé pour y être connecté en permanence ou presque. Encore faut-il avoir des trucs à y faire : publier des informations susceptibles d’intéresser les « fans », interagir avec les commentateurs éventuels (encore rares à ce stade) et modérer d’éventuels propos déplacés ou hors sujet. Bref, faire la même chose que pour un profil personnel à la seule différence que je me dois d’être intéressant. Un peu comme pour ce blog, en fait. Mais en plus ardu, la communauté n’étant pas acquise aussi facilement que sur le présent blog (si tant est que les lecteurs dudit puissent constituer une communauté, ce qui est discutable).

Tout ça pour parler de quoi, finis-tu par te dire sauf si tu t’es endormi sur ton clavier ? De rien de particulier (faut bien faire un article), sauf de dire que je ne suis ni pro ni anti-FB qui, pour moi, n’est qu’un outil de communication de plus qui convient parfaitement à l’homo sapiens connex que je suis et qu’il suffit juste de savoir s’en servir un tant soi peu pour ne pas y voir le grand méchant loup dépeint par certains…

Publicités

7 réflexions sur “Face de…

  1. Je te dirais que j’y suis inscrite et que je l’assume pleinement et que je m’y sens très bien. Le seul truc qui me chiffonne quelque peu sur Facebook c’est que si tu te mets à parler de choses sérieuses les gens s’en fichent totalement par contre tu évoques un truc qui parles plus ou moins de sexe alors là c’est le défoulement total. Mais bon c’est pas grave je dirais que ça permet de penser à autre chose quand tu as eu une journée difficile. Et puis grâce à Facebook j’ai retrouvé des membres de ma famille, j’ai rencontré des personnes sympa, j’ai repris contacts avec des personnes que j’avais perdu de vue et j’y ai même les personnes qui étaient présentent au début de mon ancien blog et auxquelles je tiens beaucoup même si personnellement je ne les ai pas encore rencontré. Donc tout n’est pas négatif contrairement à ce que beaucoup de gens disent ou pensent. Par contre Twitter j’ai pas du tout accrocher dans le moment.
    Voilà Glimpse ma petite analyse du fameux Facebook. 😉
    Je te souhaite une bonne nuit

    • Tu dis un truc sérieux, ça intéresse pas grand monde… Tu évoque un truc sexuel, tout le monde n’a d’yeux que pour toi… C’est pas déjà comme ça dans la vie réelle ?!?

      • Oui aussi Loup, mais pas de la même façon. On se lâche plus derrière un écran que dans la vie réelle. 😉
        Bonne journée à toi

  2. Pour ma part, je ne dirai pas que Facebook c’est le grand méchant loup, d’abord parce que le Loup est gentil (!), et ensuite c’est simplement un système qui ne me correspond pas (a priori). Ce que je n’aime notamment pas, c’est effectivement qu’on me mette des bâtons dans les pattes pour gérer la visibilité de mon profil alors que ça pourrait être très simple. Et effectivement, j’ai pas encore trouvé comment cacher ma liste d’amis par exemple (help !).
    En ce moment, je m’y connecte assez régulièrement pour jouer à un jeu qui complète celui que je me suis acheté, mais sinon une fois tous les 3 mois c’est bien suffisant pour ce que j’en fait.

  3. FaceBook, j’y suis, doublement, je m’y connecte tous les jours pour voir un peu ce qu’il se passe chez les copains zé copines, regarder une ou deux bêtises, lire un ou deux trucs un peu plus sérieux (parque ce que tout de même il y a matière à). C’est un assez bon moyen de maintenir une complicité avec des amis qui habitent très loin et que j’ai malheureusement peu d’opportunités de voir.
    Pour moi FB est très différent du blog. Le blog c’est ma part créative, inventive. Cela représente un véritable travail. Parce que ce que j’y met est plus personnel, plus profond aussi, même si je ne m’interdit pas la frivolité. FB est plus spontané, plus instinctif, plus superficiel aussi, tout en restant moi. Deux faces distinctes, mais qui se complètent.

  4. Je crois que les différents intervenants précédents ont bien résumé les avantages et les inconvénients ainsi que les limites de FB. C’est tout de même par cet intermédiaire que j’ai connu Waquete et l’autre Fred.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s